" La peinture de Toma Popovici est toute en opposition. Du blanc au brun, du mat au brillant, des accidents qui s’installent sur la toile à la douceur extrême qui les recouvre, tout ce qui constitue les œuvres de cet artiste procède du contraste.

 

Cela dit son caractère, c’est certain. La facilité n’est pas pour lui, nous l’aurons compris. Car rien n’est plus délicat à exprimer que ces notions si différentes que sont la fragilité et la force.

 

Certes, l’atmosphère qui se dégage des sépias égratignées par les gestes de l’artiste nous questionnent. Cela n’est pas sans rappeler quelques morceaux de parchemins travaillés par le temps et témoins de ce dernier. Nous parlent-ils de notre condition humaine ? Des accrocs de la vie ? A moins qu’ils ne cachent quelques morceaux de nature baignés de mystère. A ce premier mystère s’en ajoute un autre et non des moindres. Car c’est bien le grand voile de douceur aux allures de miroir posé sur les œuvres qui fait l’énigme et pique notre curiosité. Il parle à notre sensibilité désorientée de trouver là, sur la toile, un tel effet."

 

Pascale de Lajartre

Directrice du pôle culturel à l'Institut Catholique de Toulouse